Le 28 avril 2019, l’homme d’affaire américain Victor Vescovo réalise la plongée la plus profonde de l’histoire. À bord d’un sous-marin dernière génération, il atteint un nouveau record de profondeur dans la fosse des Mariannes.

Qu’est-ce qui vous a poussé à atteindre ce nouveau record de 10 928 mètres ? 
Aucun autre homme dans l’histoire n’avait plongé à une telle profondeur.

Eh bien, d’abord, une petite précision : après avoir révisé les chiffres, il s’agit en fait de 10 925 mètres. Quoi qu’il en soit, la principale motivation était d’imaginer, de construire puis de piloter un sous-marin ayant la capacité d’atteindre, en quelque endroit que ce soit, le fond des océans. Le tout avec régularité et fiabilité ! Un tel engin n’avait jamais été fabriqué auparavant. Avec mon équipe, nous avons vraiment été poussés par ce défi technique. Nous avions un objectif en tête : fournir à l’humanité un outil lui permettant d’explorer 90% des océans, soit la part qui nous est encore inconnue.

Avez-vous suivi un entraînement spécifique pour réussir une telle plongée ? Physiquement bien sûr, mais également en termes de pilotage et de sécurité ?

Il faut en effet beaucoup d’heures d’entraînement pour apprendre à piloter ce sous-marin. Triton Submarines, le constructeur, a inventé une réplique exacte de la sphère de contrôle pour que je puisse m’entraîner – un peu comme un simulateur de vol pour les avions. Cela m’a pris des mois pour maîtriser tous les systèmes et procédures. Nous avons simulé tous les cas d’urgence possibles, tous les scénarios imaginables, pour que je puisse être prêt lors de ma première plongée au fond de l’océan Atlantique.

VICTOR VESCOVO

Victor Vescovo est un milliardaire américain né en 1966 au Texas. Cofondateur et directeur associé de la société de capital-investissement “Insight Equity Holdings”, il est également pilote et explorateur sous-marin En 2018, il dirige l’expédition “Five Deeps Expedition”, ayant pour objectif d’atteindre les points les plus profonds des cinq océans de la planète.
© Bishop Wash (Richards Group)

Quels sont les défis physiques et mentaux pour une telle plongée ? Comment se sent-on dans un sous-marin si étroit ? 


Le sous-marin fait à peu près un mètre de large, de quoi accueillir deux personnes. C’est comparable au cockpit d’un jet moderne. C’est serré mais pas inconfortable. En solo, je dirais même que j’ai beaucoup d’espace ! Physiquement, il n’y a pas vraiment de “défi” : la sphère de contrôle reste à pression constante, celle de la surface. Pas besoin de décompression donc. Comme tout pilote, je dois seulement être calme et méthodique quoi qu’il arrive.

Quelles ont été  vos sensations lors de votre descente à 10 925 mètres ? 


La plongée est en fait très calme, très paisible. On n’a pas vraiment l’impression d’être en mouvement. Il n’y a qu’à la surface que ça secoue pas mal, le sous-marin n’ayant pas été conçu pour rester stable, seulement pour descendre ou monter. D’où les ceintures, pour éviter d’être trop ballotté par les vagues.

Combien de personnes vous accompagnaient à ce moment-là ?

Pendant la descente, quelqu’un s’occupe de la communication et de la localisation du sous-marin, avec l’aide du bateau principal et d’un autre bateau plus petit. Au total, il y a peut-être quatre ou cinq personnes qui gèrent la descente, et dix qui travaillent sur la mise à l’eau et la sortie.

Qu’avez-vous vu à cette profondeur ? Qu’est-ce qui vous a marqué ?

Quelques concombres de mer – des formes vivantes – ainsi que des amphipodes, des créatures qui ressemblent à des crevettes. Il y a une très grande vie microscopique mais je n’ai pu l’observer de mes propres yeux. Une chose est sûre : il y a bel et bien de la vie à cette profondeur. Malheureusement, il y a également la marque de l’homme, car j’y ai trouvé ce qui ressemblait à un petit sac en plastique.

© Bishop Wash (Richards Group)

Nous aimerions maintenant revenir sur le sous-marin que vous avez utilisé. Qu’a-t-il de spécial ? 


C’est le sous-marin de grande profondeur le plus sophistiqué jamais construit, avec notamment une sphère de contrôle en titane. C’est un vaisseau qui a les mêmes standards de sécurité que n’importe quel navire commercial. Auparavant, tous les sous-marins étaient considérés comme expérimentaux, ce qui veut dire qu’ils ne pouvaient effectuer deux descentes d’affilée à cause des dommages qu’ils subissaient. Avec celui-ci, nous sommes descendus 5 fois en 10 jours, sans aucun problème.

Vous aviez bien pourtant d’autres objectifs en tête, en plus de la prouesse technique.


L’objectif principal était d’aller à n’importe quel endroit du fond des océans, de Challenger Deep [le point le plus profond jamais mesuré, ndlr] à l’Arctique. À côté de cela, et pour la première fois, nous avons cartographié des fonds marins de la taille de l’Italie. Nous avons aussi découvert 30 nouvelles espèces et collecté des centaines de milliers d’échantillons biologiques. Par ailleurs, nous avons enregistré des données océaniques dans le monde entier, qui vont certainement permettre de meilleures modélisations climatiques. Tout cela, j’espère, n’est qu’un début.

© Bishop Wash (Richards Group)

Justement, que prévoyez-vous de réaliser maintenant que vous avez battu ce record ?


Nous allons continuer ce programme de plongée. Je viens juste d’emmener le Prince Albert II de Monaco au fond de la Méditerranée, dans le cadre de plongées ayant pour but d’aider l’armée française à résoudre le mystère de la disparition du sous-marin Minerve en 1968. Je dois également plonger au fond de la mer Rouge avec un membre de la famille royale saoudienne. Plus tard dans l’année, nous travaillerons avec Nekton, une organisation qui œuvre pour la préservation des océans. Enfin, nous prévoyons de retourner à Challenger Deep, cette fois avec la première femme à descendre si profond, puis avec le fils de Don Walsh, qui a été avec Jacques Piccard le premier à atteindre cet endroit en 1960.

Propos recueillis par Eric Bojangles.

Immersion dans l’univers
des plongeurs sous-marins

Découvrez le second numéro de Sphères.

En savoir plus

Écrivez-nous à spheresmagazine@gmail.com